image263

David Sorensen and Florian Liber

Opening the 13th of June 2019, Stanley Borenstein Gallery, Montreal 


 4710 rue St-Ambroise suite 102, Montreal, Québec, H4C 2C7          P: 514 843-6662 

Find out more
image264

Florian Liber - left side, David Sorensen-center and Henry SAXE - right side ( member of the Royal Canadian Academy of Arts), the 21st of June 2019 

image265

Stanley Borenstein Gallery

img: Jean-Pierre LAFRANCE and Florian LIBER's paintings

Find out more

 

The Contemporary Arts Gallery, Montreal, CA, since 1985

“Nijinsky” by Florian LIBER, 122 x 185 cm;acrylic, gesso, enamel, primer, lava, 2018.

Florian Liber's opening 2018

PHOTO:  “Nijinsky” by Florian LIBER, dim. 122 x 185 cm; tech. acrylic, gesso, enamel, primer, lava on canvas, 2018.

SPRING SHOW  -  well-known  ARTISTS FROM MONTREAL AND AMERICANS according to S. Borenstein. Opening and reception, Wednesday,  May 16, 2018 from 5 pm to 9 pm, CAG, Montreal, Qc.

 

About Stanley Borenstein, owner C.A.G. Gallery Montreal

 

Located in the heart of the Montreal Museum district, The Contemporary Arts Gallery C.A.G. features major Canadian and international painters and sculptors such as: Jean-Paul Riopelle, Karel Appel, Victor Vasarely, Pablo PICASSO, Marc CHAGALL, Joan MIRO, P.E. Borduas, Pierre Alechinsky, and many others

http://www.galerieartscontemporains.ca/

ENTRETIEN AVEC M. STANLEY BORENSTEIN 


Vie de s Arts : Qu'est ce qui fait la différence entre une galerie comme celle du Centre d'Art Ozias Leduc et les autres?

Stanley Borenstein : La différence tient à la qualité supérieure des œuvres que l'on décide de mettre en vente. Si une galerie se contente de toiles du genre «cabanes à sucre» ou de peintures décoratives d'une grande platitude, elle n'accomplit rien d'extraordinaire. Certes, la galerie Ozias Leduc partage avec les autres galeries une même préoccupation commerciale, qui consiste à vendre les œuvres d'artistes que nous représentons. Cependant, nous nous démarquons des autres dans la mesure où nous offrons d'autres activités. Et, de nos jours, peu de galeries offrent des programmes éducatifs en art. 

V.A. : Comment percevez-vous le marché de l'art? 

S.B. : Il faut être réaliste, nous sommes encore en pleine récession mais je pense, néanmoins, que l'art est éternel. Les belles œuvres résistent au temps. Aujourd'hui, le public est désorienté car il ne sait pas vraiment comment choisir une œuvre. Il ne sait pas non plus distinguer l'art de ce qui n'en est pas. Il y a beaucoup trop de productions artistiques médiocres ; elles saturent le marché. 

V.A. : Est-ce que l'expression artistique contemporaine effarouche le public? 

S.B. : L'art, aujourd'hui, oscille entre l'expérimentation et l'exécution dans l'optique traditionnelle du métier. Les années cinquante ont consacré l'expressionnisme abstrait. Depuis les quinze dernières années, aussi bien en Europe qu'en Amérique, un néo-expressionnisme à tendance figurative a repris le dessus. Certes l'art évolue, éclate, se disperse, c'est pourquoi aujourd'hui, il est difficile de trouver une unité esthétique.